The Spatial Times : Résumé de la semaine du 1er Juin

Bienvenue à la quatrième édition de The Spatial Times ! Voici le résumé de cette semaine !

Chang’e-4:  En préparation de la visite de la face cachée de la Lune

Dans le domaine de la course à l’espace, la Chine se démarque par sa rapidité à entreprendre des projets ambitieux.

Nous avons pu découvrir cela avec le projet chinois d’observation de la Lune : Chang’e. Ce projet a été initié en 2007 par Chang’e 1, un satellite qui avait comme missions de cartographier et modéliser en 3D une partie de la Lune.

Cette observation de la Lune ne s’est pas arrêtée à une observation avec des satellites. En effet, la Chine a envoyé en 2013 Chang’e, un rover et un astromobile sur la Lune. C’était la première que l’on envoyait un rover sur la Lune depuis les missions Apollo.

C’est dans cette dynamique que la Chine a initié la mission Chang’e 4 avec l’envoi le 20 Mai 2018 du satellite Queqiao. La mission de Chang’e 4 est de se poser au niveau de la face caché de la Lune. Comme la face caché de la Lune n’est pas observable depuis la Terre. L’agence spatiale chinoise (CNSA) a envoyé le satellite Queqiao pour servir de relais. Il sera placé au point de Lagrange L2 au bout de 6 mois de voyage. Cette position permet au satellite d’être immobile dans le référentiel Terre-Lune. Cela donnera la possibilité au CNSA d’avoir une liaison 24h sur 24 de son rover.

 

Vue d’artiste du satellite Queqiao en position L2. Source : CNSA

Chang’e 4 aura à son bord un grand nombre de capteurs. Nous y retrouvons à titre non exhaustive, des caméras, un spectromètre, un sismomètre, un dosimètre (pour mesurer la quantité d’eau présente) et des instruments de mesure pour le champ magnétique de la Lune.

Si le calendrier de lancement est respecté, Chang’e 4 pourra prendre son envol à la fin de l’année 2018.

La mission Chang’e 4 ne sera pas la dernière mission de ce projet. En effet, la Chine a l’intention d’aller encore plus loin pour les prochaines années avec Chang’e 5. Prévu pour 2019, il aura comme mission de récupérer des échantillons du sol lunaire.

 

Sources

https://www.space.com/40715-change-4-mission.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Queqiao

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chang%27e_4


Virgin Galactic  : Le second vol pour le SpaceShipTwo

Le 29 mai 2018, la société Virgin Galactic a fait voler le SpaceShipTwo, un avion-fusée au dessus du désert du Mojave (Californie). Ce dernier a pu atteindre la vitesse Mach 1,9 (environ 2250km/h) et a culminé à 34,9km lors d’un vol de 31 secondes.

SpaceShipTwo en pleine phase de vol. Source : MarsScientific.com & Trumbull Studios

Ce vol est le second vol propulsé de l’avion-fusée de Virgin Galactic en moins de deux mois : en effet, le premier à eu lieu le 5 avril, et a duré 30 secondes pour une vitesse maximale de Mach 1,87 (environ 2220km/h) et une altitude de 25,7km. L’obejctif final est de franchir la ligne de Karman en atteignant d’atteindre l’altitude de 110km avec un vol suborbital.

La particularité du projet de Virgin Galatic est qu’il utilise un avion porteur pour transporter un avion-fusée. Cela permet à la compagnie de réduire les coûts et les dépenses énergétiques. En effet, une partie non négligeable du carburant est utilisé pour que les fusées puissent franchir les couches basses de l’atmosphère.

L’entreprise s’est axée très rapidement (depuis 2004) sur le marché du tourisme spatial avec un ticket d’entrée de l’ordre de 125 000$. Cependant, nous pouvons nous interroger sur la viabilité du projet face des entreprises telle que Blue Origin qui rattrape le retard par rapport à Virgin Galatic.

 

Sources

http://www.air-cosmos.com/second-vol-propulse-pour-le-spaceshiptwo-111463

Virgin Galactic’s SpaceShipTwo Launches Second Successful Flight


Apollo 12 : Mort d’Alan Bean

 

Lorsque l’on parle de la conquête spatial durant la Guerre Froide, nous pensons très rapidement à Spoutnik, à Laïka, à Youri Gagarine du côté soviétique et à Neil Armstrong, à Buzz Aldrin et à Michael Collins du côté américain. Mais il y a des personnes qui sont aussi rentrées dans l’histoire même s’ils sont moins connus par le public.

Il y a un parfait exemple, la mission Apollo 12, la mission qui succède à Apollo 11. L’équipage était constitué de Charles Conrad, Richard Gordon et Alan Bean.

Équipage d’Apollo 12. Source : NASA

Cette mission est la première où des astronautes récupère des morceaux d’un engin spatial humain. En effet, ils avaient comme mission de récupérer des  moreaux de la Lune et aussi des morceaux de Surveyor 3 pour étudier l’usure des pièces dans le milieu lunaire.

La particularité de cette mission est que la NASA aurait retrouvé des traces de vie sur les instruments de Surveyor 3. La présence de micro-organismes sur les appareils de l’atterrisseur peut être expliqué par une mauvaise stérilisation du matériel au décollage ou une mauvaise isolation contre le développement de micro-organismes sur les appareils. Cela a été une des rares fois où les astronautes ont dû être placé en quarantaine.

Après avoir accompli sa mission, Alan Bean a participé avec Jack Lousma et Owen Garriot à la mission Skylab 3.  Ils ont pu étudier le comportement du corps humain lors d’un voyage dans une station spatiale pendant plusieurs semaines.

A la suite de cette mission, Alan Bean pris sa retraite en 1981 pour se consacrer à sa deuxième passion, la peinture.

Alan Bean s’est éteint cette semaine, le 26 mai 2018 à l’âge de 86 ans. Il était le dernier astronaute vivant de la mission Apollo 12.

Si vous voulez découvrir plus en profondeur la vie d’Alan Bean, nous vous conseillons de regarder excellente vidéo du youtuber Stardust dont voici le lien.

 

Sources :

https://www.theverge.com/2018/5/28/17402146/alan-bean-nasa-apollo-12-skylab-astronaut-obituary

https://fr.wikipedia.org/wiki/Apollo_12#Objectifs_de_la_mission

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.