[The Spatial Times] Résumé du 28 septembre

Bienvenue à la sixième édition de The Spatial Times ! Voici le résumé de de cette dernière semaine !

Etoiles à neutrons :  Le matériau le plus résistant de l’Univers, c’est des pâtes nucléaires

Dans notre Univers, il existe de nombreux astres plus passionnants les uns des autres. Parmi ces astres, certains d’entre eux sont encore des mystères pour nous. C’est justement le cas pour les étoiles à neutrons.

Vue d’artiste d’une étoile à neutrons. Source : Kevin Gill via Flickr

Les étoiles à neutrons sont des étoiles dont leurs masses sont comprises entre 1,4 et 3,2 fois la masse du Soleil. Lors de la mort d’une étoile ayant cette masse, l’étoile va se comprimer de telle façon que la matière est très fortement compressé. A titre d’exemple, une partie de ce type d’étoile est composée uniquement de neutrons. La structure de l’atome avec des protons, des neutrons et des électrons n’est plus possible à cause de la pression interne.

C’est justement dans le contexte de la structure interne d’une étoile à neutrons que nous avons fait une découverte majeure. En effet,  l’Université de l’Indiana a simulé le noyau interne d’une étoile à neutrons. La particularité de ce noyau interne est que les conditions internes sont tellement importantes que nos modèles ne réussissaient pas à comprendre totalement la structure interne d’une étoile à neutrons.

Structure d’une étoile à neutrons avec p0  étant la densité moyenne de l’étoile. Source Wikipedia

Après avoir effectué ces simulations, l’Université de l’Indiana a obtenu des résultats plus que surprenant. En effet, les simulations ont montré la présence d’un matériau extrêmement résistant tout en ayant plusieurs phases possibles. Les chercheurs ont nommés cela des pâtes nucléaires et les différentes phases sont classés par les différentes variétés de pâtes que nous pouvons le voir dans la gastronomie italienne.

Exemples des différentes phases des pâtes nucléaires. Source : Université de l’Indiana

Comme nous l’avons expliqué, ces pâtes nucléaires sont très particulières.  Ce matériau possède une masse volumique de l’ordre de 1015 g/cm3.  A titre de comparaison, l’acier a une masse volumique de l’ordre de 8 g/cm3. En outre, ce matériau est sûrement le matériau le plus solide de tout l’Univers. En effet, les pâtes nucléaires sont plus de 10 milliards de fois plus résistantes que de l’acier.

Ces résultats sont très intéressants car il nous permet de mieux comprendre la structure des étoiles à neutrons et aussi la formation de notre Univers. Néanmoins, il est important de signaler que la vérification de la validité du modèle risque d’être très difficile car il nous est impossible de le reproduire à l’heure actuelle dans nos laboratoires. Des études complémentaires seront les bienvenues pour valider ou non le modèle proposé par l’Université de l’Indiana.

 

Sources :

https://journals.aps.org/prl/abstract/10.1103/PhysRevLett.121.132701

https://arxiv.org/abs/1606.03646

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-etoiles-neutrons-pates-nucleaires-materiau-plus-resistant-univers-72896/


Hayabusa : Exploration en cours !!

Éloignons un peu de notre belle Terre pour nous intéresser à Hayabusa 2, le satellite japonais. Lancée en décembre 2014, la sonde spatiale Hayabusa 2 a pour objectif d’étudier l’astéroïde 162173 Ryugu de très près.

Prise en photo de l’astéroïde Ryugu par Hayabusa 2. Source : JAXA

L’objectif de cette sonde est d’effectuer des mesures du sol à la surface en profondeur de l’astéroïde et aussi de ramener des échantillons vers la Terre.  L’étude en profondeur du sol de l’astéroïde va être réalisé par l’utilisation d’un percuteur. Pour ce faire, le satellite emporte trois rovers MINERVA-II (Rover-1A, Rover-1B, Minerva-II2) et un atterisseur MASCOT (Mobile Asteroid Surface SCOuT).

Il est intéressant de noter que ce projet est une collaboration entre l’Europe et le Japon. En effet, MASCOT a été dévéloppé par l’agence spatiale allemande (DLR) et l’agence spatiale française (CNES).

Photographie du sol de l’astéroïde et aussi de l’ombre de la sonde. Source : JAXA

Depuis quelques jours, les atterisseurs ont été largués vers l’astéroïde. Du fait que l’astéroïde a une masse relativement faible, la chute libre des différents rovers peut être réalisé depuis une distance plus haute. La seule difficulté est les rebonds des rovers. L’agence spatiale européenne (ESA) a déjà expérimenté cela avec le projet Rosetta/Philae où un rover s’est posé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko.

Photo d’un des rovers de Hayabusa 2. Source : JAXA

La prochaine étape va être d’effectuer les premières mesures sur cette astéroïde et aussi de réaliser des relevés de cette astéroïde par Hayabusa 2. Cette dernière étape risque d’être potentillement difficile car le sol de l’astéroïde semble à priori bien chaotique. Nous attendons avec impatience les prochaines évolutions de ce projet qui est un  projet  aussi important que la mission Rosetta de l’ESA.

Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur ce projet, nous vous conseillons de jeter un oeil au site web dédié à ce projet : http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/

 

Sources :

https://www.cieletespace.fr/actualites/nouveaux-cliches-depuis-la-surface-de-ryugu

https://fr.news.yahoo.com/hayabusa-2-deux-petits-rovers-d%C3%A9ploy%C3%A9s-last%C3%A9ro%C3%AFde-ryugu-102735076.html?guccounter=1

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-hayabusa-2-deux-rovers-sauteurs-debutent-exploration-asteroide-ryugu-24870/


Japon : Le pays du soleil levant veut explorer la Lune !

Restons encore un peu avec le Japon pour cette dernière nouvelle.  Depuis quelques jours, une start-up nommée Ispace a signé un contrat avec SpaceX pour la réalisation de deux missions spatiales en 2020 et en 2021 pour le projet HAKUTO-R (“Lapin Blanc” en japonais et le R représente le terme “Reboot” ).

La première mission aura comme mission d’être un relais de communication entre le futur rover et la base terrestre. La deuxième mission aura comme objectif de faire atterrir un rover pour étudier la surface lunaire. On peut faire directement une comparaison directe avec les projets chinois Chang’e 1 à Chang’e 5.

Vue d’artiste du projet HAKUTO-R. Source : ispace

Il est intéressant de noter que l’entreprise ispace a été une des entreprises finalistes pour le Google Lunar XPrize. Ce concours de Google offrait 30 millions de dollars pour la première entreprise qui posait un rover sur la Lune. Malgré l’échec de ce concours, l’entreprise ispace d’une soixante d’employés, a effectué une levé de fond de 95 millions de dollars pour financer ces deux missions.

L’objectif à long terme de l’entreprise est de pouvoir proposer des services aux gouvernements et aux clients privés. Ces derniers prendront notamment en compte le transport de matériel vers la Lune et aussi l’exploration de la Lune pour trouver les sources d’eau.

Sources :

https://ispace-inc.com/hakuto-r/

https://www.reuters.com/article/us-spacex-moon-ispace/japan-lunar-exploration-firm-to-head-for-moon-on-spacex-rockets-idUSKCN1M60R7

https://phys.org/news/2018-09-japan-firm-spacex-lunar-missions.html

https://www.geekwire.com/2018/japan-ispace-spacex-moon/

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.