[The Spatial Times] Résumé du 26 octobre

Bienvenue à la dixième édition de The Spatial Times ! Voici le résumé de cette semaine !

BepiColombo : En route vers Mercure !

Parmi toutes les fusées modernes, Ariane 5 possède un palmarès impressionnant. Et cette fusée a rajouté une nouvelle mission à son palmarès : la mission BepiColombo !

Vue d’artiste de la mission BepiColombo. Source : CNES

Cette mission développée par l’agence spatiale européenne (ESA) et l’agence spatiale japonaise (JAXA) a pour objectif d’explorer une planète peu explorée : Mercure. Bizarrement, nous avons réalisé plus d’explorations de Jupiter (5 unités astronomiques (ua)) et de Saturne (10 ua) que de Mercure (0,3 ua) . En effet, il n’y a que la sonde Mariner 10 (1973-1975) et la mission MESSENGER (2004-2015) qui ont survolé la petite planète tellurique. 

Le fait que nous que nous avons peu exploré Mercure vient du fait qu’il est plus difficile d’atteindre Mercure que Jupiter. En effet, il faut ralentir sa vitesse orbital de plus de 13 km/s et que l’orbite de Mercure est incliné de 7 dégrées. Dans le cas d’une trajectoire directe (ie on vise directement l’orbite de Mercure), il faudrait environ la même énergie pour aller sur Mercure depuis l’orbite basse de la Terre et que de mettre un objet en orbite géostationnaire. Pour expliquer très simplement, il faudrait mettre une fusée Ariane 5 en orbite pour aller se mettre en orbite autour de Mercure. Cela est bien évidemment impossible.

Pour résoudre ce problème, l’ESA et la JAXA ont utilisé une autre stratégie.  Avec l’augmentation de la puissance de calcul et aussi par l’amélioration dans le domaine de la mécanique orbitale de la mission BepiColombo, les sondes, MPO (Mercury Planetary Orbiter) et MMO (Mercury Magnetospheric Orbiter, renommée Mio par la JAXA)  vont effectuer des passages à proximité de Mercure pour au fur et à mesure faciliter sa mise en orbite.

Une fois que les sondes MPO et Mio se seront placées en orbite autour de Mercure en 2025, la sonde MPO a comme objectif  de cartographier Mercure, d’étudier sa composition et sa structure interne. Quant à Mio, cette sonde va devoir étudier la magnétosphère de Mercure. Ces données nous permettront de mieux comprendre la formation des planètes et aussi les évolutions des dernières au cours du temps.

Si cela vous intéresse, nous vous conseillons de faire une petite visite sur le site web de ce mission : https://bepicolombo.cnes.fr/fr 😉

Sources :

http://www.air-cosmos.com/bepicolombo-en-route-vers-mercure-116371

https://bepicolombo.cnes.fr/fr

https://fr.wikipedia.org/wiki/Exploration_de_Mercure#Histoire_de_l’exploration_spatiale_de_Mercure


Ariane 6 : Moteur…Action !

Dans notre précédent article, nous avons pu évoquer le palmarès impressionnant d’Ariane 5, il est temps de prendre des nouvelles de la petite nouvelle, Ariane 6. Le développement d’Ariane 6 suit son cours normalement. A l’heure actuelle, le calendrier d’Ariane est respecté (a contrario des autres constructeurs de fusées).

Afin de préparer au mieux Ariane 6, ArianeGroup vient d’effectuer une batterie de test sur le nouveau moteur-fusée Vinci. Ce moteur-fusée est un moteur à ergols liquides. Cela veut dire qu’il est capable de s’allumer à de multiples reprises pour permettre d’optimiser la trajectoire orbital.

Maquette du moteur Vinci au musée d’entreprise d’ArianeGroup de Vernon © P.-F. Mouriaux / Air & Cosmos

Ce banc d’essai a permis de pousser ce moteur au delà des performances prévues par le cahier des charges. Ainsi, durant les 148 tirs statiques, le moteur-fusée Vinci a pu accumulé plus de 52 156 secondes de fonctionnement avec un essai de 300 secondes avec vingt allumages successifs et un autre essai de 1 569 secondes.

Ces performances sont impressionnantes car un tel nombre d’allumages et une telle durée de fonctionnement ne sont pas nécessaires pour les différentes missions d’Ariane 6. Ces tests ont permis de montrer la robustesse et la fiabilité de ces moteurs-fusées.

Avec ces résultats concluants, le moteur Vinci va pouvoir être intégré à Ariane 6 en début de l’année 2019. Il ne reste plus qu’à attendre le vol inaugural d’Ariane 6 en 2020.

Sources :

http://www.air-cosmos.com/le-vinci-bon-pour-le-service-116275

https://www.safran-group.com/fr/media/140-essais-et-plusieurs-premieres-pour-vinci-le-moteur-dariane-6-20180215

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.